Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2018 3 30 /05 /mai /2018 17:07

J’ai d’abord lu le texte de la quatrième de couverture. Le football et l’hystérie de ses supporters, l’ambiance glauque des bas-fonds de Marseille, alliés au côté trash et à la violence du milieu des dealers, tout était donc réuni au départ pour que je ne morde pas à cette histoire. Et ce malgré l’engouement que j’avais éprouvé pour le précédent polar de l’auteur. Mais je me suis lancé dans la lecture. Très vite, au fil des aventures rocambolesques de Tony, la Légende, et de la jeune Luce, je me suis laissé prendre au piège d’un récit haletant et chargé d’émotion. Comme l’écrivait très justement Laurent Greusard sur le site K-Libre, ce thriller fait partie  de « ces romans noirs tendus vers leur fin, obnubilés par l’action et les coups d’éclat des forces qui s’opposent ». Pas de temps morts, les évènements se succèdent à un rythme effréné, s’entrechoquant au gré des rebondissements qui surviennent en rafales. On se sent happé par cette intrigue échevelée, complexe et magnifiquement orchestrée et servie à merveille par une écriture nerveuse, presque syncopée. Je n’ai eu de cesse de poursuivre ma lecture, curieux de connaître le sort réservé à ces personnages hors normes que la vie avait cabossés et qui le lui rendaient bien. Tout est parti d’un évènement insignifiant pour moi, pour vous aussi sans doute – du moins je l’espère - mais pas pour Tony, le supporter fêlé de l’OM : une coupure de courant au moment où l’attaquant marseillais va tirer un pénalty qui peut propulser son équipe vers la première place du classement. A partir de là, s’enchaînent des évènements aussi dramatiques et abracadabrantesques les uns que les autres. Tony roue de coups la jeune Luce qu’il tient pour responsable, il s’enfuit, son appartement prend feu et Luce, à son tour, s’enfuit, emportant avec elle le trésor de Tony, son stock de dope. A partir de là, les appétits divers s’aiguisent et se manifestent dans une cité phocéenne en proie à la délinquance, à une guerre des gangs et à une violence exacerbée. Et j’ai accroché à ce récit, et j’ai salivé à l’approche d’un dénouement qui s’est révélé totalement inattendu. Un magnifique final pour un thriller ou un roman noir ( comme on voudra ) que je vous recommande chaudement si vous aimez les romans d’action trépidants. En conclusion, quand un auteur arrive à séduire un lecteur au départ peu en prise avec les ingrédients annoncés, cela porte un nom : le talent. Bravo. Denis Zott justifie les propos que j’avais écrits à l’issue de la lecture de son précédent polar : « Un grand auteur de polar a vu le jour ». C’est confirmé.

Maudite, de Denis Zott, Hugo thrillers, juin 2018, 412 pages, 19 € 95.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche