Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 février 2021 7 14 /02 /février /2021 19:59

Tout commence par un drame. Sur la côté méditerranéenne, un groupe d’enfants du pays s’amuse à descendre un ruisseau sur un radeau de fortune confectionné avec des palettes et des bidons. C’est le narrateur qui est à la barre lorsque, à l’endroit où le petit cours d’eau se jette dans la mer, le frêle esquif se disloque et deux des enfants sont emportés au large, Néné et sa sœur Albanie. Néné ne sait pas nager et disparaît irrémédiablement malgré les efforts désespérés de sa sœur pour le sauver. En apparence, ce drame ne fera pas exploser le petit groupe qui, l’adolescence puis l’âge adulte venus, maintiendra sa cohésion. Ils vivront des moments d’insouciance mais ils mettront aussi en œuvre des opérations de représailles contre ceux qui, avec leur argent, projettent de défigurer cette côte paradisiaque à laquelle ils sont viscéralement attachés. Les années vont passer jusqu’au jour où, longtemps après, dans un pays du Nord de l’Europe, le narrateur devenu agent commercial voit son passé resurgir de façon inattendue et violente. Beaucoup de choses ont changé et Léonard, dit Léo, en même temps qu’il renoue avec le pays de son enfance et avec ses amis d’antan, va se trouver pris dans un engrenage infernal dont les causes remontent à sa jeunesse.

Construite sur une alternance de récits situés à des époques différentes, cette intrigue passionnante est servie par une très belle écriture, moderne, originale, un style imagé qui fait défiler comme dans un kaléidoscope l’âme de cette côte méditerranéenne et la passion qu’elle suscite chez ceux qui y ont toujours vécu et qui lui vouent une passion sans bornes.

Ce roman n’est pas un polar au sens propre du terme mais il tient en haleine. En même temps, ce récit écrit par un enfant du pays, fait revivre un âge d’or altéré au fil du temps par le tourisme de masse et l’argent roi. Je me suis senti porté par cette fresque méditerranéenne et par cette histoire complexe alimentée de bout en bout par un suspense prenant. De ce récit, se dégage aussi une intéressante réflexion sur l’être humain et sa relation à l’autre.

Je vous recommande ce roman. Je suis sûr que, comme moi, vous aurez du mal à interrompre votre lecture.

Mare nostrum, de Olivier Arnaud, éditions Lajouanie, février 2020, 250 pages, 18 €.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche