Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2022 7 18 /09 /septembre /2022 13:59

Mon prochain roman paraîtra le 28 octobre 2022 aux éditions Lajouanie.

La présentation en 4ème de couverture est simple :

"Un fameux antiquaire aixois, féru de littérature policière, met Payardelle au défi de retrouver un roman écrit en 1866, par Emile Gaboriau, le père du roman policier. Le commissaire, bien qu’enquêtant sur deux assassinats survenus dans le Var et dans les Bouches-du-Rhône, relève ce défi. Ses recherches sur ce roman oublié vont troubler ses investigations du moment. Du passé, personne ne peut faire table rase..."

Ce roman policier se compose de deux récits : une enquête sur deux assassinats menée de nos jours en Provence par le commissaire Théo PAYARDELLE et un récit situé en 1866 dans un domaine et un château du Var où Emile GABORIAU est venu s'isoler pour prendre des notes en vue de l'écriture d'un roman.

Quel rapport entre ces deux récits ? Une sombre affaire qui remonte du passé pour interférer avec l'enquête de PAYARDELLE.

En même temps, ce polar se veut un hommage à Emile GABORIAU, le père du roman policier, et une tentative pour le ramener en pleine lumière.

Voici l'avertissement qui figure en tête du roman :

Avertissement

 

"Avec ce roman, je voulais rendre hommage à celui que tout le monde s’accorde à reconnaître comme le père du roman policier moderne. Son agent de la sûreté, Lecoq, a, de l’aveu même de sir Arthur Conan Doyle, servi de modèle pour le personnage de Sherlock Holmes. Un écrivain talentueux que d’aucuns n’ont pas hésité à présenter comme l’héritier de Balzac dont, au demeurant, il se réclamait. Un écrivain auquel la littérature policière contemporaine doit beaucoup et qui, aujourd’hui, ne jouit pas de la renommée qu’il mériterait. Je veux parler ici de Émile Gaboriau, un romancier parmi les plus populaires, les plus prolifiques et les plus lus au XIXe siècle. Il n’est pas question pour moi de vous livrer ici une notice biographique. D’autres l’ont fait avant moi et bien mieux que je ne pourrais le faire. Je me contenterai de citer deux noms : Roger Bonniot qui, au terme d’un considérable travail de recherche, publia en 1985 une biographie qui fait référence et Jean-Louis Berthet dont l’ouvrage très intéressant, paru en 2016, met en relation l’homme, l’écrivain et le témoin de son temps pour mieux comprendre son œuvre et sa démarche littéraire. C’est cette dernière biographie qui m’a permis d’approfondir la vie et l’œuvre de Émile Gaboriau et dans laquelle j’ai trouvé les éléments qui ont motivé l’écriture de ce roman. Il convient de savoir que la vie et l’œuvre de Gaboriau comportent quelques « trous noirs ». On sait, par exemple, que quelques-unes de ses créations poétiques, théâtrales et peut-être romanesques, ont disparu. On sait aussi qu’il a effectué, avec sa compagne, un voyage en Provence, région où il avait l’intention de situer l’intrigue d’un de ses romans. Ce roman n’a jamais été publié. A-t-il seulement jamais été écrit ? On sait qu’il s’est déplacé de Marseille à Menton, c’est tout. Le détail de son séjour reste aujourd’hui encore un mystère. J’avais moi-même envie de situer mon roman en Provence, dans un lieu que j’affectionne particulièrement. Quelle plus belle occasion ? J’ai cherché à résoudre ce mystère au travers d’une fiction qui conduirait mon personnage récurrent, Théo Payardelle, à tirer au clair une affaire contemporaine, en lien avec une autre survenue 150 ans plus tôt dans un petit coin de Provence, ce que les AngloSaxons appellent un cold case et qui aurait eu pour témoin Émile Gaboriau. Le texte de ce roman comporte des références (en italique) à des éléments d’un roman d’Émile Gaboriau qui entretient avec le mien un lien très étroit que vous comprendrez après avoir lu cette histoire. Il fait aussi une large place à Amélie Rogelet, la compagne de l’écrivain qui fut sa collaboratrice. À vous, chers lecteurs, de juger du résultat. En espérant que ce polar vous donnera l’envie de découvrir son œuvre qui est passionnante."

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche