Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 10:14

« Filles » est un roman noir qui narre une histoire profondément enfouie dans l’hiver nord-américain qui n’en finit pas, une histoire dont les personnages s’enfoncent inexorablement dans une épaisse couche de neige, sans cesse renouvelée, où s’enlisent leurs espoirs et leurs illusions. A l’image de Jack qui cohabite avec sa femme Fanny, tous deux ravagés par le chagrin depuis la mort de leur nourrisson dont ils ne parviennent pas à faire le deuil. Fanny est infirmière aux urgences de l’hôpital tandis que Jack, ancien marine, assure la surveillance du campus de l’université sur lequel il patrouille et, tel un saint-bernard, vient en aide aux naufragés de la neige, verbalise les contrevenants et cherche à protéger d’eux-mêmes les gosses de riches qui fréquentent les lieux où le viol et le trafic de stupéfiants sont une plaie vive. Dans cet univers sombre, clos et coupé de tout, des jeunes filles disparaissent. S’agit-il de l’œuvre d’un sérial-killer ou ces crimes sont-ils indépendants les uns des autres ? Un professeur demande à Jack de venir en aide à la famille Tanner dont la fille, Janice, âgée de quinze ans, a disparu. Tout en se débattant avec ses propres problèmes, tout en essayant de colmater les plaies de sa propre vie qui part en lambeaux, Jack va s’atteler corps et âme à la recherche de celui qu’il tient pour le responsable de ces disparitions et plus particulièrement de celle de la petite Janice Tanner. Une sorte de justicier, façon Tommy Lee Jones dans « Dans la brume électrique ». Parallèlement, les relations du couple avec Archie, le psychothérapeute, laissent entrevoir une autre réalité qui ne surgira qu’à la fin du roman. Le style est tourmenté comme l’est l’âme des résidents de ce campus qui se débattent dans leurs vies, qui affrontent leurs démons et tentent de leur échapper chacun à sa façon. Il y a certes des longueurs et la lecture est parfois difficile en raison d’un style qui applique à la langue les mêmes tourments que ceux infligés aux personnages. Je n’ai pas tiré de cette lecture un plaisir suffisamment fort pour en faire un coup de cœur. C’est une impression mitigée qui en ressort même si je suis parvenu à aller jusqu’au terme de l’histoire. C’est un polar américain pur jus comme je les aime modérément. A découvrir si l’on aime ce genre d’écriture.

Filles, de Frederick Busch, Folio policier, janvier 2013, 365 pages.

108_0808.JPG

Partager cet article
Repost0

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche