Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 17:30

le-croque-mort.jpg

La nurse des enfants de son ancienne amie s’est tuée en tombant d’un pont. Meurtre ou suicide ? La police opte pour la seconde hypothèse et Hitch pour la première. Aidé de son ami Pete, un détective de métier, Hitch, de son vrai nom Hitchcock Sewell, croque-mort de son état, va mener une enquête mouvementée, truffée de surprises et de chausse-trappes. Une découverte que ce polar ! Un choc, même ! Il n’y a pas d’autre terme pour qualifier ma rencontre avec Tim Cockey. J’ai dévoré son polar «  Le croque-mort est bon vivant » en un rien de temps et, en encore moins de temps, le voilà grimpé sur le podium, avec Fred Vargas et Linwood Barclay. Certes dans un genre totalement différent mais du même calibre. Tim Cockey, c’est du lourd. Du très lourd. Un style d’abord qui n’appartient qu’à lui, un style où les trouvailles foisonnent, à l’image de ses néologismes ou de ses mots-valises bourrés d’humour. Ses dialogues aussi, parfois dignes d’Audiard ou de Frédéric Dard. Car ce bouquin est un festival humoristique. J’ai ri aux éclats, comme je ne l’avais pas fait depuis longtemps en lisant un polar. Si l’on est déprimé, il faut lire Tim Cockey. Les lacrymales changent de camp. Quand on n’est pas déprimé aussi d’ailleurs. Oui, le croque-mort est un bon vivant, je dirais même un joyeux drille qu’on ne veut pas lâcher d’une semelle tant il est désopilant. Cela n’empêche pas l’intrigue d’aller bon train, ponctuée de rebondissements, de fausses pistes et d’action jusqu’à un dénouement excellemment amené et difficile à anticiper. Les personnages et les situations sont tellement imbriqués les uns dans les autres ( Au sens narratif comme dans un sens plus trivial ) qu’on pourrait s’y perdre. Mais non, Tim Cockey nous guide de main de maître et dose à merveille le scénario comme l’apparition des acteurs. Saluons la performance de Claire Breton, la traductrice, qui  réussit un sacré numéro de voltige en restituant avec talent les calembours du personnage central. Un grand polar que je recommande vivement et un auteur à découvrir absolument pour celles et ceux qui aiment s’amuser en dévorant un polar. Un bouquin qui mériterait six étoiles sur une échelle allant de 1 à 5.

Le croque-mort est bon vivant, de Tim Cockey, Editions du seuil poche, juin 2006, 383 pages.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche