Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 09:14

rejoins la meute-copie-1Sans qu’il ait rien demandé à personne, ni par le truchement de son auteur, ni par celui de son éditeur, voilà que « Rejoins la meute ! » est engagé dans deux prix littéraires.

Sur proposition d’une librairie nîmoise engagée dans le réseau «  Le coup de cœur des libraires », « Rejoins la meute ! » va participer au prix organisé conjointement par Page et par France bleu. Comme cinq autres livres, mon roman fera l’objet d’une chronique sur l’antenne de France bleu Gard-Lozère et sera disponible chez les libraires de ces deux départements. Il sera vendu avec un marque-pages faisant office de bulletin de vote qui permettra aux lecteurs de désigner l’ouvrage de leur choix. Le livre distingué participera au prix au niveau national.

Par ailleurs, la ville d’Alès et la librairie Sauramps ont sollicité mon éditeur pour que « Rejoins la meute ! » participe aux prix « Le cabri d’or » organisé par l’Académie cévenole. Ce prix, attribué fin octobre, récompensera un livre, quel que soit le genre littéraire auquel il appartient, qui met en valeur les Cévennes.

Voilà deux challenges qui me plaisent bien même si je sais, pour reprendre la formule consacrée, qu’il y beaucoup d’appelés et peu d’élus. Est-ce qu’un polar est capable de se distinguer parmi la quantité de livres retenus ? Croisons les doigts.

Alors, si vous habitez dans la région de Nîmes, Alès ou Mende, et plus généralement dans le Gard et la Lozère,  et que vous aimez les bons polars, n’hésitez pas à vous rendre dans une librairie pour demander le dernier Jean-Michel Lecocq et, si d’aventure il vous plaît, votez pour lui.

A Nîmes, la librairie Aux Lettres de mon moulin, 12, rue Alphonse Daudet et ses sympathiques propriétaires, Lydie et Patrick BAILLIE, soutiennent « Rejoins la meute ! ». Qu’ils en soient remerciés.

https://www.facebook.com/pages/Rejoins-la-meute/629312363777432?ref=hl&ref_type=bookmark


Partager cet article
Repost0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 09:57

Voici un court extrait de mon dernier polar "Rejoins la meute !" Des massacres ont été commis dans les Cévennes en 2005 et 2006. Les enquêtes de la gendarmerie et de la police n'ont rien donné. Cinq ans plus tard, Paris envoie sur place une équipe spéciale, sous les ordres du commissaire Théo Payardelle, pour réouvrir l'enquête.

 

    "La terrasse était déserte, de même que le jardin. La porte-fenêtre était entrouverte. Baudrier s’y faufila et appela les occupants. Ses appels résonnèrent dans la maison vide. Les Müller avaient disparu. Volatilisés ! Il se sentit brusquement idiot, ne sachant quelle réaction adopter. Il ressortit sur la terrasse. C’est alors que son regard se tourna vers la rivière. Il resta pétrifié devant le spectacle qui s’offrait à sa vue. Il lui fallut plusieurs minutes avant de retrouver la maîtrise de ses facultés mentales et de s’engager sur la pente qui conduisait à la rivière. Plus il avançait et plus l’horrible réalité s’imposait. Près de la rive opposée, quatre corps, dénudés, étaient suspendus par les pieds aux plus grosses branches, les mains liées dans le dos. La tête des suppliciés était immergée et le soleil qui inondait la rivière faisait miroiter les reflets de l’eau sur leur peau bleuie."

 

 

Peut être commandé dans les librairies, sur le site de l'éditeur et sur tous les sites marchands :

 

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=42737

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 11:28

rejoins la meute-copie-1Un nouvel extrait de mon dernier polar "Rejoins la meute !" :

 

 

 

"Parvenu sur le seuil, il frappa plusieurs coups sur la porte, sans obtenir de réponse. Il les renouvela, en redoublant la force de ses coups. La maison était vide et la porte n’était pas fermée à clef. Il la repoussa lentement et s’engagea à l’intérieur. La réfraction de la lumière sur la neige créait à l’intérieur une luminosité accrue. Tout semblait en ordre. Il appela mais n’obtint toujours pas de réponse. Par la fenêtre du couloir, il aperçut le 4x4 rangé à l’arrière de la maison, sous son auvent. Où étaient-ils allés ? Comment avaient-ils fait pour quitter cette maison sans leur véhicule ? Pour quelle raison ? Que ce fût dans la cuisine ou dans le living, les poêles étaient éteints. Les cendres étaient froides. Ils n’avaient pas passé la nuit ici. Quelqu’un était-il venu les chercher avant la tempête ? C’était l’hypothèse la plus probable. Il avança dans le couloir qui menait aux chambres. Il poussa une à une les portes. Elles étaient vides, comme l’étaient la cuisine, le séjour ou le bureau de Samuel. Gédéon devait se rendre à l’évidence. Il avait accompli et subi ce trajet si pénible pour rien. Il se préparait à redescendre lorsque le bon sens éclata dans son esprit, jusque-là sans doute mal irrigué en raison de l’effort consenti. Il extirpa de sa poche son téléphone portable, sélectionna dans son répertoire le numéro du mobile de Samuel Johnston et commanda l’appel. Une sonnerie. Deux sonneries. Trois. Ce fut à la quatrième qu’il remarqua l’anomalie. Les sonneries qu’il entendait n’étaient pas celles de son portable. Pas uniquement, en tout cas. Un autre portable sonnait, au rythme du sien. Cela venait de l’extérieur, derrière la maison. Il traversa la cuisine et poussa la porte qui donnait sur l’arrière. Le battant buta contre un obstacle. C’était une sorte de monticule. Gédéon chassa la neige sous laquelle le portable avait cessé de sonner. La sonnerie venait bien de là, plus précisément de l’intérieur de la veste de Johnston dont le visage apparut sous une légère pellicule de glace qui s’était formée pendant la nuit."

Partager cet article
Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 11:24
sechoir-a-tabac.jpgQuand j'étais enfant, la vallée de la Semois recelait encore de petites entreprises qui produisaient du tabac. Je me souviens de ces séchoirs que l'on voyait le long de la route qui mène de Sorendal à Bohan. Je les ai intégrés dans mon polar "Portrait-robot" comme l'atteste l'extrait suivant :

"Bouillon, Belgique, le 15 août 1996,

Le jour pointait et, entre les planches verticales qui... servaient de parois à l’étrange endroit où elle avait élu domicile, Clara vit apparaître les premiers rayons du soleil. Elle contempla, de longues minutes, la poussière qui dansait dans la lumière encore blanche du matin. C’était la première nuit qu’elle faisait d’une traite. Un sommeil profond qui avait rattrapé les insomnies des nuits précédentes. Il faisait déjà très chaud et pourtant il ne devait pas être plus de huit heures. La température retombait à peine pendant la nuit mais elle aimait cette chaleur. La moiteur de sa peau ne la dérangeait pas. Juste une odeur de transpiration un peu plus forte que la veille. « Je commence à puer », se dit-elle, sans se culpabiliser outre mesure. Elle décida qu’elle irait se baigner l’après-midi, dans la Semois qui coulait non loin de son abri de fortune. Elle se tremperait au milieu des herbes, là où personne ne pourrait la voir et elle laverait ses vêtements avec le morceau de savon récupéré au supermarché. Elle avait trouvé refuge dans ce qui ressemblait à une grange ruinée, un de ces séchoirs à tabac tombés en désuétude et auxquels les gens du pays ne portaient plus le moindre intérêt. On y stockait du foin pour les bêtes, l’hiver. On y remisait aussi le matériel agricole obsolète et personne n’aurait songé à s’aventurer sur les planches vermoulues où, autrefois, on mettait à sécher les feuilles de tabac."

http://www.tabacsemois.com/
Partager cet article
Repost0
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 07:59

rejoins-la-meute-copie-3.jpgLe point de vue de la libraire :

 

http://www.lopais.com/agenda.php?agenda=3357&date=20140400#341189

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 10:23

rejoins-la-meute-copie-1.jpgMon nouveau polar "Rejoins la meute" est enfin sorti. Il peut être commandé en librairie, sur le site des éditions L'Harmattan ou sur les sites marchands. Des massacres ont été commis dans les Cévennes en respectant des rituels médiévaux. Aucun indice, aucune piste. Les enquêtes de la gendarmerie et du SRPJ de Montpellier ont échoué. Cinq ans plus tard, une équipe spéciale venue de Paris reprend l'enquête, avec à sa tête le commissaire Théo Payardelle. Parviendra-t-elle à faire la lumière sur ce dossier ténébreux ?

 

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=42737

 

http://www.amazon.fr/Rejoins-meute-LECOCQ-JEAN-MICHEL/dp/2343030111/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1394443332&sr=1-1&keywords=rejoins+la+meute

Partager cet article
Repost0
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 06:37

illustration-de-Rejoins-la-meute-copie-1.jpgMon cinquième polar "Rejoins la meute" est chez l'imprimeur. Sa sortie est prévue pour la première quinzaine de mars chez L'Harmattan, dans la collection Ecritures. Voici le texte de la quatrième de couverture en guise d'amuse-bouche. Des extraits ont été publiés sur ce blog, dans la rubrique "Mes romans".

 

Voilà plusieurs années, des meurtres sordides, inspirés de rituels médiévaux, sont venus semer le trouble dans la région des Cévennes. Ces crimes odieux constituaient-ils un jeu de très mauvais goût ou bien répondaient-ils à une mise en scène diaboliquement orchestrée ? Rien à quoi se raccrocher, aucun lien apparent entre toutes ces victimes françaises et  étrangères, le flou total...
Tenter de percer le mystère des Cévennes, telle est la nouvelle mission de Théo, Marco, Marthe et César, une équipe de choc soudée et déterminée, spécialement formée pour conduire une enquête particulièrement épineuse et délicate. Ils ont quatre mois pour boucler l'affaire. Mais pourquoi cette nouvelle équipe réussirait-elle là où, cinq ans plus tôt, les polices française, anglaise et allemande ont échoué ?
Lorsque la tâche est ardue voire insoluble, le commissaire Théo Payardelle et son équipe se surpassent, relèvent le défi...

Partager cet article
Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 10:18

108 0025Je reviens régulièrement sur mon premier polar « Le secret des Toscans » qui a connu un beau succès mais qui a également divisé ses lecteurs en deux camps. J’aime à dire qu’il n’a laissé aucun lecteur indifférent. Il a suscité soit un fort engouement, soit un rejet dû à sa structure. Il est vrai que, dans les premiers chapitres, les  sauts successifs d’une époque à une autre ont pu désorienter les amateurs de lecture linéaire, chronologiquement ordonnée, mais ceux qui ont tenu bon jusqu’aux environs de la centième page ont pu véritablement pénétrer l’histoire et se laisser par la suite entraîner au fil d’une intrigue sans temps morts, allant de rebondissements en rebondissements.

Le secret des Toscans, c’est un «  roman-puzzle » qui part de deux enquêtes qui, a priori, n’entretiennent aucun rapport entre elles. L’une se déroule en 1587 et l’autre en 2007. Pourtant, ces deux enquêtes vont finir par se rejoindre et n’en faire plus qu’une.

Ce qui caractérise également « Le secret des Toscans », c’est la diversité et l’originalité des personnages qui, à quelque époque qu’ils se situent, finissent tous, au fil des chapitres, par se fondre dans une seule et même intrigue. J’ai beaucoup aimé tous ces personnages, si différents les uns des autres, se mouvant dans des contextes géographiques et historiques éloignés mais finissant par se retrouver, pour concourir à la résolution d’un même mystère, le secret des Toscans. Parmi eux, il en est un que j’ai eu énormément de plaisir à camper et qui joue, vers les deux tiers du roman, un rôle déterminant. Il s’agit d’André Lafontaine, policier québécois, qui se rend à Milan pour les besoins de son enquête et qui va mettre à jour un élément essentiel pour l’élucidation du mystère. Un meurtre a été commis à Saint-Jérôme, charmante cité des Laurentides, et un meurtre similaire a été perpétré à Milan. Le commandant André Lafontaine va donc effectuer le déplacement et coopérer avec la police italienne. Ensuite, il se rendra en France où il participera à une mémorable opération montée par l’un de mes personnages centraux, le lieutenant de police Emma Rivière. Avec ce personnage, j’ai intégré un pan de mon passé, avec mon séjour d’un an au Québec, précisément à Saint-Jérôme, dans cette magnifique région. Une forme d’hommage !

Dans l’extrait suivant, le commandant Lafontaine débarque à l’aéroport de Milan.


Milan, le 7 novembre 2007,

Lorsqu’André Lafontaine sortit de l’aire de débarquement de l’aéroport, il aperçut immédiatement l’affiche que brandissait un homme entre deux âges, vêtu d’un imperméable mastic et coiffé d’un chapeau mou qui lui donnait des airs d’Humphrey Bogart. Son nom y était griffonné au feutre noir.

  • Commissaire Grazziani, je suppose ?

  • C’est effectivement moi. Et vous êtes le commandant Lafontaine ?

  • Gagné, répliqua le policier Québecois, avec un large sourire, en terminant une poignée de main virile et cordiale.

  • Nous allons passer à votre hôtel  et je reviendrai vous chercher d’ici une heure, indiqua le patron de la brigade criminelle de Milan.

Le secret des Toscans, de Jean-Michel Lecocq, Editions L’Harmattan, mai 2009, 303 pages.

 

Peut être commandé en librairie ou en suivant le lien ci-dessous :


http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=result&ntable=0&andor=OR&artiste=jean%20michel%20lecocq&motExact=0&orderby=titre&ordermode=ASC

 

 

Plus d'infos et d'autres extraits sur https://www.facebook.com/pages/Le-secret-des-Toscans/191855074333877?fref=ts

 

Partager cet article
Repost0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 08:55

rejoins-la-meute.jpgSur son site, la librairie Lo-Païs de Draguignan a levé le voile sur la sortie de mon prochain polar dont l'illustration a été choisie hier et figure ci-contre. Les tons choisis par mon illustrateur, Frédéric LEFOL, sont volontairement sépia. Ils permettront une mise en valeur du texte de la première de couverture ( Titre, nom de l'auteur, de l'éditeur et de la collection ). Encore un bon mois avant la publication qui sera annoncée sur ce blog. Ce sera un polar au coeur des Cévennes dont vous trouverez le texte de quatrième de couverture dans l'article de Lo Païs en suivant le lien ci-dessous. 

 

http://www.lopais.com/events.php?blid=946#340556

Partager cet article
Repost0
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 08:57

108 0756Encore un petit extrait de "Portrait-robot", mon dernier polar. La suspecte, Marthe, a disparu dans la nature. Elle se terre quelque part dans la campagne autour de Draguignan. C'est elle qui se tient ce monologue. "Portrait-robot" est disponible en quelques jours sur commande chez un libraire, il peut être commandé sur le site des éditions L'Harmattan ou sur tout site marchand dans les mêmes délais.

 

 

Figanières, le 13 mai 2011,

 

    « Ils ne me trouveront pas de sitôt. Comment pourraient-ils deviner que je me cache ici ? Bastien lui-même n’en sait rien. Il peut leur raconter tout ce qu’il voudra. Lui non plus ne connaît rien de ma vie, ni de la sienne. Il ignore jusqu’à son existence. Je voulais tout lui dire, tout lui expliquer mais j’ai eu tort d’avoir confiance en lui. Il n’a pas connu ce que j’ai vécu, il ne peut pas comprendre. Témoigner ! Pourquoi donc ? Pour qu’ils m’identifient, qu’ils comprennent tout, qu’ils me suspectent et me suivent. Pour que je ne puisse plus m’approcher d’elle sans risque et qu’elle se retrouve seule, en danger. Bastien était en colère que je ne veuille pas témoigner mais il n’était pas question d’aller à la gendarmerie. Il m’a dit vouloir s’y rendre lui-même. Est-ce lui qui m’a dénoncé ? J’ai cru mourir en voyant mon portrait dans Var-Matin. Non, ce n’est pas lui. Il leur aurait donné une photo. Il a réussi à nous faire prendre en photo, contre mon gré… Quelqu’un a dû m’apercevoir et ils ont fait un portrait-robot d’après sa description. Un portrait tellement ressemblant que j’ai su immédiatement qu’on me reconnaîtrait. J’ai compris qu’il fallait disparaître. Non pas que j’aie peur mais je veux aller jusqu’au bout. Je suis si près du but ! Bastien était parti avec la camionnette à Aix. Heureusement qu’il y avait la moto ! Ils ne s’attendent pas à me trouver là-dessus. Avec le casque, je passe inaperçue. Ils pensent que je me déplace à pied et doivent me chercher dans Draguignan. Les imbéciles ! Il m’en a fallu du temps pour retrouver la maison. Davantage de temps encore pour les retrouver, eux qui ont détruit notre vie. Masclaux d’abord, le garagiste. Il croyait que tout était oublié, qu’il était tranquille pour toujours, qu’il pouvait couler des jours paisibles, que plus jamais personne ne viendrait lui demander des comptes. Il avait dû apprendre la mort des Laffont. Tous les journaux en avaient parlé. On avait vu leur visage à la télé. Il avait dû être soulagé, ce porc, se sentir rassuré.

    La maison est toujours là avec son seringa dont j’ai tout-de-suite reconnu l’odeur entêtante. C’était notre endroit préféré. Nous aimions nous y installer pour lire, sur le banc de bois. La vie était douce ici avant qu’ils ne viennent. Ils passaient pourtant de temps en temps à la maison. Notre père débouchait une bouteille de vin. Ils parlaient fort et ils riaient. Ils repartaient en titubant et en parlant encore plus fort. Masclaux a été le premier à tomber entre nos mains. Il ne fallait pas qu’il meure tout-de-suite, pas avant d’avoir avoué où habitaient ses complices. Sa femme était sortie. Il s’est laissé surprendre. Nous l’avons torturé, en prenant notre temps, pour contempler sa souffrance. Trente minutes ? Peut-être une heure ? Je ne me rappelle plus. Il a fini par céder. Il a donné l’adresse de ses complices. Il saignait de partout, comme un porc quand on l’égorge. Il se débattait sur sa chaise et chacun de ses cris déclenchait en nous une onde de plaisir. Nous avons tellement souffert !  Il hoquetait et il tremblait sous l’effet de la douleur mais sans doute aussi parce qu’il avait compris qu’il allait mourir. Il a supplié, trois fois, avant qu’elle ne lui tire une balle en plein front.

Partager cet article
Repost0

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche